• Document: VIVRE AVEC UNE ASSISTANCE CIRCULATOIRE MECANIQUE
  • Size: 308.19 KB
  • Uploaded: 2019-01-12 23:06:08
  • Status: Successfully converted


Some snippets from your converted document:

VIVRE AVEC UNE ASSISTANCE CIRCULATOIRE MECANIQUE INTRODUCTION Un patient en insuffisance cardiaque terminale réfractaire au traitement médical optimal et non éligible à la greffe cardiaque (temporairement ou définitivement) peut aujourd’hui bénéficier de l’implantation d’une assistance circulatoire mécanique de longue durée. LES DIFFERENTES ASSISTANCES • Assistance mono ventriculaire gauche (cœur artificiel partiel) Depuis une quinzaine d’années, plusieurs modèles d’assistance mono ventriculaire gauche ont été développés par différentes sociétés. Les 3 dispositifs les plus fréquemment implantés dans le monde sont : Heart Mate II (Société Thoratec- St Jude Medical) (1) Heart Ware (Société Heart Ware) (2) Jarvik 2000 (Commercialisé en France par la société IST Cardiology) (3) (1) (2) (3) Ce sont des pompes mécaniques, petites, légères (entre 90 et 160 g) et silencieuses. Elles sont implantées dans le ventricule gauche du cœur par un chirurgien cardiaque au cours d’une intervention à cœur ouvert. La pompe aspire le sang du ventricule gauche et l’éjecte dans l’aorte afin de vasculariser et de nourrir l’ensemble des organes. Ce sont des dispositifs à flux continu ; on ne sent plus le pouls du patient. Pour faire fonctionner ces pompes, il est nécessaire de leur apporter de l’énergie fournie par des batteries externes. En plus des batteries, le patient porte à la ceinture un contrôleur réglé selon les paramètres définis par le chirurgien et le cardiologue afin d’obtenir la meilleure fonction cardiaque possible propre à chaque patient. Un des points faibles de ces dispositifs (HeartMate II et HeatWare) reste l’existence d’un câble de sortie, le plus souvent au niveau abdominal, et potentiellement source d’infection. • Assistance bi-ventriculaire (cœur artificiel total) A l’heure actuelle, il n’existe qu’un seul dispositif d’assistance bi-ventriculaire commercialisé : Syncardia (commercialisé en France par la société IST Cardiology). Il s’agit d’une assistance pulsatile, pneumatique fonctionnant sur des compresseurs à air et, donc, bruyante. Elle est implantée par un chirurgien cardiaque à la place du cœur natif. Deux canules sortent du thorax et sont reliées à une console portative qui fournit l’air comprimé et permet les réglages du dispositif par les médecins. Il faut bien surveiller les points de sortie de ces canules car c’est une importante source d’infection. D’autres cœurs artificiels totaux ont déjà été développés dans le passé et testés chez l’homme, notamment le cœur Abiocor de la société Abiomed au début des années 2000. Actuellement, la société Carmat produit un nouveau dispositif en évaluation (études et essais cliniques en cours chez l’homme). Cette prothèse cardiaque est silencieuse, remplace le cœur natif et pourrait adapter son débit aux besoins et à l’activité du patient. LES INDICATIONS Les pompes mono-ventriculaires gauches peuvent être implantées, en attente de récupération myocardique, en attente de greffe ou en alternative à celle-ci. Le cœur artificiel total Syncardia est actuellement posé UNIQUEMENT en attente de transplantation. La place des autres cœurs artificiels totaux en essai actuellement dans le monde (notamment Carmat) reste à définir. L’HOSPITALISATION Attention : le paragraphe ci-dessous présente une hospitalisation standardisée, en l’absence de complications, à titre d’information générale. Naturellement, ces étapes et ce vécu seront différents selon les centres concernés et l’évolution post opératoire de chaque patient. Après quelques jours de réanimation, le patient séjournera dans le service de chirurgie cardiaque pendant 10 à 15 jours environ. C’est surtout durant cette période que l’infirmière coordinatrice en assistances cardiaques (VAD coordinatrice= terme anglo-saxon signifiant Ventricular Assist Device) mettra en place le programme d’éducation thérapeutique pour le patient et son entourage proche. Ce programme enseigne la gestion de la pompe (alarmes, batteries…), la gestion des anticoagulants et dans certains centres, la réfection du câble abdominal pour le HeartMate II et le HeartWare ou des canules pour le Syncardia. Lorsque le patient est autonome sur la gestion du matériel d’assistance, il part, accompagné de l’infirmière VAD coordinatrice, dans un centre de réhabilitation cardiaque pour un séjour de 4 à 6 semaines environ. Enfin, après la période de rééducation et sur avis médical, il rentre à domicile, là encore accompagné de l’infirmière VAD coordinatrice qui en profitera pour former le médecin traitant. LE SUIVI La fréquence et les modalités du suivi varient en fonction des centres hospitaliers. Une infirmière VAD coordinatrice organise les consultations avec le chirurgien cardiaque et/ou le cardi

Recently converted files (publicly available):