• Document: Terminale STD2A Perspective centrale
  • Size: 1.31 MB
  • Uploaded: 2018-11-28 19:22:18
  • Status: Successfully converted


Some snippets from your converted document:

Terminale STD2A – Perspective centrale 0) Principe de la représentation en perspective : la « fenêtre de Dürer » Les artistes de la Renaissance ont étudié comment représenter une scène sur une surface plane, de telle sorte que pour l’observateur, l’œuvre puisse se superposer avec la réalité. Ils sont les premiers à avoir réalisé des œuvres qui, en principe, peuvent se superposer parfaitement avec la scène représentée (celle-ci étant vue du même point de vue que celui de l'artiste). Voici quelques exemples d'œuvres comportant des erreurs de perspective (quelles erreurs ? A vous de les trouver ...) : Les artistes de la Renaissance ont utilisé des dispositifs comme celui gravé par Albrecht Dürer dans la gravure sur bois reproduite ci-dessous ; il s’agit d’appareils qui ont effectivement été utilisés par les artistes, mais qui sont, dans la pratique, d’un maniement assez lourd. La «fenêtre» d’Albrecht Dürer : illustration extraite des Instructions sur l’art de mesurer (1525). Schématiquement, on peut décrire ainsi le dispositif : • la position de l’œil de l’opérateur est fixée grâce à un œilleton • une « vitre » fixe est placée entre cet œil et l’objet à représenter • si on considère un point P de l'objet à représenter, le rayon lumineux partant du point P en direction de l’œil du peintre va traverser la vitre en un point P' qui représentera le point P • dans la gravure de Dürer, un quadrillage sur la vitre permet de repérer le point P' pour pouvoir le placer au bon endroit dans l’œuvre peinte ; mais le rayon lumineux peut également être matérialisé par un fil tendu entre le point P et l’œilleton (voir ci- contre). Vocabulaire et notations pour ce cours : La situation est modélisée mathématiquement de la façon suivante : – un point noté « O » ou « Œil » modélise l’œil de l'observateur. On l'appelle le point de vue. – un plan noté « v » ou « vitre » modélise la fenêtre sur laquelle est projetée l'image de la scène observée. On l'appelle le plan de représentation. – l'objet observé est appelé l'objet « réel » ou « initial ». – la représentation dans le plan V est appelée l' « image » – l'image d'un point P de l'objet réel est obtenue de la façon suivante : on considère la droite (OP) passant par le point P et l’œil O ; cette droite coupe (en général) le plan de la vitre, en un point P'. Ce point P' est l'image du point P. Remarque : Cette situation est comparable à celle de l’ombre au flambeau (étudiée au premier chapitre) : Ici, des rayons lumineux passant par le point O projettent une image sur le plan de la vitre. L'image est située entre l'objet réel et le point O. Dans le premier chapitre, des rayons lumineux passant par la source ponctuelle S projettent une ombre sur un plan (le sol ou un mur). Mais, l'ombre est située derrière l'objet réel. Remarque 2 : En art, on parle de perspective centrale mais en mathématique on emploie souvent les termes « projection centrale ». Remarque : si on utilise cette modélisation mathématique, la figure devient vite très compliquée à construire... Le but de ce cours est d'étudier la perspective d'un point de vue théorique, sur des exemples très simples, en utilisant les concepts « parallèle / sécant ». Cela permet de dégager les grands principes qui sont les bases de la perspective centrale. Le but de ce cours n'est pas d'apprendre à dessiner des scènes complexes en perspective centrale mais de bien maîtriser quelques points de repères fondamentaux qui sont couramment utilisés en art (points de fuite, ligne d'horizon...). Ce cours permet également d'apercevoir la profonde cohérence géométrique qui sous-tend la technique du dessin en perspective centrale. Il est enfin l'occasion de travailler sur l'expression écrite et sur l'argumentation. Bien sûr, l'objectif de ce cours est de contribuer à avoir une bonne note à l'épreuve de maths, au bac :-) 1) Premier point de fuite : point de fuite d'une droite On mentionne classiquement, dans les manuels de dessin en perspective centrale, trois points de fuite (d'où les intitulés des titres 1), 2) et 3) ici). Cependant, ce n'est qu'un point de repère commode pour dessiner. D'un point de vue théorique, il y a une infinité de points de fuite et on peut être amené à en utiliser plus que trois dans certains dessins. Propriété : l'image d'une droite (réelle) est incluse dans une droite (de la vitre v ). Pour manipuler la figure. Cas particulier : le cas où la droite (réelle) passe par le point O est un cas particulier : dans ce cas, son image est réduite à un point. Dans toute la suite, on n'évoquera plus ce cas particulier, c'est à dire qu'on supposera toujours (implicitement) que les droite considérées ne passent pas par O . Démonstration : On appelle (d ) une droite (de l'objet réel). S

Recently converted files (publicly available):