• Document: Éric-Emmanuel Schmitt Oscar et la dame rose
  • Size: 305.46 KB
  • Uploaded: 2019-09-11 14:03:18
  • Status: Successfully converted


Some snippets from your converted document:

Classiques & Contemporains Éric-Emmanuel Schmitt Oscar et la dame rose LIVRET DU PROFESSEUR établi par JOSIANE GRINFAS-BOUCHIBTI professeur de Lettres SOMMAIRE DOCUMENTATION COMPLÉMENTAIRE L’association Les Blouses roses ..................................................... 3 La journée d’un enfant hospitalisé ................................................. 4 POUR COMPRENDRE : quelques réponses, quelques commentaires Étape 1 La situation d’énonciation ................................................ 5 Étape 2 La vieille dame et l’enfant ............................................. 6 Étape 3 Oscar ou le point de vue d’un enfant sur l’inconnu ................................................ 7 Étape 4 Le pouvoir de la parole ..................................................... 8 Étape 5 Un conte métaphysique ................................................... 9 Étape 6 Un conte philosophique ................................................. 11 Étape 7 Les enjeux de l’écriture .................................................. 11 Étape 8 La vie est un combat ........................................................ 13 Conception : PAO Magnard, Barbara Tamadonpour Réalisation : Nord Compo, Villeneuve-d’Ascq 3 DOCUMENTATION COMPLÉMENTAIRE L’association Les Blouses roses L’association Les Blouses roses / ALH (Animation Loisirs à l’hôpital) a été créée en 1945 et reconnue d’utilité publique depuis 1967. En 1999, elle devient membre de l’Apache (Association pour l’amélioration des condi- tions d’hospitalisation des enfants). Elle a pour fonction de permettre le « mieux-être » des malades, en particulier les enfants, et des personnes âgées. À titre indicatif, en 2003, Les Blouses roses ont rendu 1 200 000 visites à l’hôpital : 1 500 bébés, 33 000 enfants, 1 000 adolescents, 6 500 adultes et 7 000 personnes âgées ont bénéficié de leurs « soins ». Elles sont pré- sentes dans 230 établissements (hôpitaux et maisons de retraite) et 110 villes par l’intermédiaire de 2 900 bénévoles. L’association apporte des ani- mations variées aux malades, activités ludiques, créatives et artistiques (qui vont du dessin à la cuisine, en passant par le jardinage, les jeux de société, la musique ou la lecture, etc.), pour leur permettre de surmonter les boule- versements psychologiques liés à l’hospitalisation ou pour rompre l’isole- ment des personnes âgées en maison de retraite. Les bénévoles sont régulièrement formés et suivis (soutien psychologique et apprentissage des techniques pour animer les travaux manuels). Chacun consacre au moins une demi-journée par semaine à des animations prati- quées en équipe dans les établissements. Le nom des Blouses roses vient du fait que les bénévoles de l’association sont reconnaissables à leur blouse fuchsia, rappel du but premier de ces ani- mations : changer la couleur de la vie des malades et des personnes âgées, les aider à « voir la vie en rose » en leur redonnant le goût (et la possibilité) d’être actifs et celui de vivre. L’association a reçu le soutien d’Éric-Emmanuel Schmitt qui a écrit, dans les pages du site : « Le succès d’Oscar et la Dame rose est aussi le suc- cès du cœur et de la compassion. Donc le vôtre. Je soutiens avec passion votre action qui consiste à apporter un sourire, du temps et de la joie de 4 vivre aux malades. Peut-être avais-je, moi-même, enfilé une blouse rose les jours où j’écrivis Oscar et la dame rose. » La journée d’un enfant hospitalisé Le site de l’Assistance publique1 permet à chaque enfant qui va être hos- pitalisé (ainsi qu’à ses proches) de connaître le déroulement de sa journée. Celle-ci est rythmée par les soins prodigués, les repas, les visites et, si l’hos- pitalisation est longue, les cours. Les différents services proposés ont pour fonction d’agrémenter le séjour de l’enfant, de le distraire et de lui per- mettre de garder un contact avec le monde extérieur. Ils sont souvent assu- rés par des associations de bénévoles. Le centre scolaire est dirigé par un directeur de l’Éducation nationale ; les instituteurs et professeurs dispensent leur enseignement soit au chevet des malades, soit dans des salles de classe. Certains hôpitaux disposent aussi de bibliothèques et d’espaces consa- crés aux animations. 1. www.aphp.fr. 5 POUR COMPRENDRE : quelques

Recently converted files (publicly available):